Dîner à Montréal

Philippe Besson

Philippe Besson a vécu, à la fin des années 1980, une intense liaison clandestine avec un jeune homme marié, Paul Darrigrand, amour qui a été, pour finir, renvoyé au néant... Bien des années plus tard, après les romans, la gloire littéraire et médiatique, Philippe revoit Paul au cours d'une signature d'un de ses livres dans une librairie de Montréal. Son jeune amant de vingt et un ans, Antoine, accompagne l'écrivain. « Non, je ne t'en ai pas voulu », répond Philippe à la question de Paul et, étrangement, il propose à celui-ci qu'ils dînent ensemble. Mais à ce dîner seront présents Isabelle, l'épouse trompée mais finalement victorieuse de Paul, et Antoine. C'est dire si, malgré politesses et conventions, le terrain sera miné. Et, bien sûr, au détour d'une phrase, sous le laser d'un regard, les masques vont tomber... Lire la suite

200 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 130x250

EXTRAIT
« Je n'ai pas l'occasion de plaider ma cause : Isabelle pose théâtralement sa serviette à côté de son assiette et lance : moi, si ça ne gêne personne, je vais sortir m'en griller une ! Joignant le geste à la parole, elle ramasse son sac à main, le fouille pour en extraire un paquet de cigarettes, un briquet puis se lève.
Estime-t-elle qu'il lui faut s'extraire du jeu, au moins pour un moment, pour échapper à la tournure que prend la conversation, pour en évacuer la tension implicite, pour recouvrer ses esprits, ou pour nous permettre de nous parler plus librement, ou, à l'inverse, nous obliger à un ennui embarrassé parce que son absence rendrait tout dialogue plus impudique, plus dangereux ?
Ce départ est néanmoins perturbé par une réaction que l'intéressée n'avait sans doute pas envisagée : Antoine saisit la balle au bond et demande s'il peut l'accompagner. Isabelle, vaguement surprise, acquiesce. Je comprends à son regard qu'elle avait plutôt envie de se retrouver seule, qu'elle ne voit pas très bien ce qu'elle va raconter à ce petit jeune homme et que la perspective de nous laisser en tête-à-tête, Paul et moi, a quelque chose d'inquiétant.
En tout cas, les deux s'éloignent en direction de la sortie. Paul et moi restons assis l'un en face de l'autre. »

Haut de page