Chambord-des-Songes

Charles Dantzig

Chambord, l’essence de la Renaissance à la française, est un mystère… Posé au milieu des forêts, il ne se laisse pas voir de loin comme Versailles. Sur la terrasse supérieure, ne cherchez pas la moindre symétrie entre ses huit cents clochetons et cheminées. C’est Léonard de Vinci, mort l’année où sa construction fut lancée, qui en aurait inspiré l’escalier central à double révolution. Pour autant, on ignore l’identité de son génial architecte. Aucun roi n’y régna jamais : resté longtemps vide, Chambord héberge la cour quand le roi vient chasser ; même François Ier n’y dormit pas trois mois dans toute sa vie… « Les châteaux sont des fleurs de pierre de la vanité », nous rappelle Charles Dantzig – à quoi servent-ils ? Que nous disent-ils des rois qui les ont rêvés, des hommes qui les ont bâtis ? Qu’enseignent-ils aux temps démocratiques qui sont à présent les nôtres ? A sa façon – cultivée, littéraire, un rien sardonique –, avec cet art du fragment où rien jamais ne pèse ou ne pose, Dantzig arpente chaque recoin du plus beau château du monde. Un voyage passionnant dans les méandres d’une histoire aussi réelle que rêvée. Lire la suite

320 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 135x210

TX CH 2#xA;Chambord, l’essence de la Renaissance à la française, est un mystère… Posé au milieu des forêts, il ne se laisse pas voir de loin comme Versailles. Sur la terrasse supérieure, ne cherchez pas la moindre symétrie entre ses huit cents clochetons et cheminées. C’est Léonard de Vinci, mort l’année où sa construction fut lancée, qui en aurait inspiré l’escalier central à double révolution. Pour autant, on ignore l’identité de son génial architecte. Aucun roi n’y régna jamais : resté longtemps vide, Chambord héberge la cour quand le roi vient chasser ; même François Ier n’y dormit pas trois mois dans toute sa vie… A sa façon – cultivée, littéraire, un rien sardonique –, Charles Dantzig arpente chaque recoin du plus beau château du monde.

Haut de page