Trajan

Christophe Burgeon

Trajan, qui régna de 98 à 117, maintes fois qualifié d'optimus princeps (« le meilleur empereur »), était indubitablement tenu en haute estime par une pléthore d'auteurs latins et grecs, par le Sénat et par le peuple de Rome. Cependant, en tant qu'administrateur et chef de guerre, fut-il vraiment à la hauteur de cette illustre réputation ? C'est à cette question que se propose de répondre cette belle biographie. Trajan fut perçu à juste titre comme le restaurateur de l'idéal augustéen construit autour d'une autocratie éclairée. Outre ce titre d'optimus qui lui fut octroyé, il s'assura le contrôle direct du Sénat, tout en montrant une certaine considération à son égard. Malgré le choix d'une politique absolutiste, l'empereur fit preuve d'équité et accorda une importance certaine à la libertas individuelle, non sans promouvoir l'humanitas. Trajan fut surtout acclamé pour avoir remporté une victoire définitive sur le roi dace Décébale. Néanmoins, sa guerre en Parthie, qui semble avoir été surtout guidée par la recherche de gloire personnelle et de prestige, affaiblit l'Empire. Trajan incarne l'Empire romain à son apogée. Lire la suite

272 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x210

TX CH 2#xA;Trajan, qui régna de 98 à 117, maintes fois qualifié d'optimus princeps (« le meilleur empereur »), était indubitablement tenu en haute estime par une pléthore d'auteurs latins et grecs, par le Sénat et par le peuple de Rome. Cependant, en tant qu'administrateur et chef de guerre, fut-il vraiment à la hauteur de cette illustre réputation ? C'est à cette question que se propose de répondre cette biographie de Trajan, qui fut perçu à juste titre comme le restaurateur de l'idéal augustéen construit autour d'une autocratie éclairée.

Haut de page