Les Dernières Heures

Minette Walters

Au milieu du XIVe siècle, la peste noire, venue d'Asie centrale, se répand en Europe puis dans les îles Britanniques par voie maritime et frappe notamment le comté du Dorset. Cette pandémie inconnue provoque de véritables hécatombes. Lady Anne, l'épouse généreuse et charitable du cruel Sir Richard de Develish, n'hésite pas. Bousculant l'ordre social, elle décide de protéger ses paysans et que tous les serfs du domaine seront regroupés dans l'enceinte du château, toute communication étant coupée entre celui-ci et l'extérieur. Elle refuse ainsi que Sir Richard, qui s'était rendu chez un voisin pour tenter de lui faire épouser leur fille Eleanor, traverse le fossé (de surcroît, il porte les stigmates de la maladie). Elle lui envoie des herbes guérisseuses... qui ne l'empêchent pas de mourir. Persuadée que sa mère et le beau serf Thaddeus Thurkell, devenu régisseur du domaine, sont amants, Eleanor rêve de fuir. Mais la jeune fille, enceinte de trois mois, cache de lourds secrets... Lire la suite

528 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 153x240

EXTRAIT
« Une semaine après le départ de Sir Richard, un messager se présenta à Develish de la part de l'évêque de Sarum, pour annoncer qu'un fléau mortel s'était abattu sur Melcombe et sur les villages voisins de l'embouchure de la Wey. (...) Lady Anne attendit que les hommes soient sortis pour dérouler le parchemin. Sa Grâce parlait de plaie envoyée par le Seigneur pour débarrasser la terre des pêcheurs et le seul remède que l'évêque pouvait offrir figurait dans les derniers mots de son écrit : « Une Mort Noire s'est abattue sur notre pays. Peu seront épargnés. Repentez-vous de vos péchés et priez que Dieu vous pardonne. » (...) Lady Anne commanda à tous les serfs de venir s'établir sur les terres situées à l'intérieur des douves. Elle ordonna qu'on aille récolter des feuilles, des racines et des pétales de fleurs dans les prairies – herbe de la Saint-Jean, linaire, jusquiame noire, digitale, grande ciguë, ail sauvage – et chargea deux de ses servantes de les mettre à sécher. En l'espace de trois jours, le manoir et les terres sur lesquelles il se dressait furent transformés en forteresse, et le nombre de gens regroupés à l'intérieur s'éleva à deux cents. »

Chapeau

Dans ce roman historique haletant, Minette Walters, grande dame du roman noir souvent comparée à Ruth Rendell ou P.D. James, évoque un épisode effroyable de l'histoire.

Haut de page